Projet Huy-Felon-Lange

Espace sécurisé

Quel sera l’impact du projet sur le sol, le sous-sol et l’eau ?

1- Observations et constats – situation actuelle

La thématique du sous-sol, du sol et de l’eau a également été étudiée par l’Auteur de l’EIE, le bureau d’études AUPA.

Cette analyse de la situation actuelle a permis de faire plusieurs constats :

  • D’un point de vue topographique, le site présente une légère pente. Le site présente également trois ruptures topographiques :
    • La rue Renier de Huy située plusieurs mètres au-dessus du niveau du terrain :
    • Le chemin de fer et le Chemin de la Buissière présentent également une différence de niveau importante avec la partie Nord du site :
    • Le Chemin de fer présente une rupture topographique avec la partie Sud du site :
  • Le site a subi plusieurs transformations au fil du temps, la plus récente étant l’assainissement du site mené par la SPAQUE entre 2009 et 2012. Le remaniement des terres doit être évité au-delà de 1m de profondeur ; cette disposition explique l’interdiction de réaliser du parking en sous-sol selon le Périmètre de Remembrement Urbain.

 

  • Le site est actuellement libre de toute construction du fait de l’opération d’assainissement des terres réalisée par la SPAQUE et qui a nécessité que le site soit accessible pour son traitement.

 

  • Des tests de perméabilité ont été réalisé dans le cadre de cette EIE et ont démontré que le site présentait de faible capacité d’infiltration de l’eau.

 

  • La masse d’eau la plus proche du site est la Meuse. Le site est situé sur une masse d’eau souterraine présentant une faible vulnérabilité (autrement dit, son renouvellement est rapide et toute nouvelle pollution serait éliminée rapidement).

 

  • Le site n’est pas directement impacté par un aléa d’inondations ou un axe de ruissellement bien que ceux-ci affleurent le périmètre. Il n’a pas été inondé lors des inondations de juillet 2021.

2- Impact du projet d’urbanisation

Le bureau AUPA a mesuré l’impact du projet d’urbanisation sur le sol, le sous-sol et l’hydrographie et en a déduit plusieurs observations :

  • Le projet n’aura pas d’impact significatif sur la topographie et le relief des rues avoisinantes.

 

  • Le projet génèrera des mouvements de terres. Ces mouvements de terres resteront toutefois limités du fait que le projet ne prévoit pas la réalisation de parking enterré.

 

  • Le projet engendrera une imperméabilisation partielle du sol et nécessitera une gestion des eaux de ruissellement.

 

  • Le projet n’aura pas d’impacts significatifs sur la masse d’eau la plus proche, la Meuse. Une réduction des infiltrations est inévitable étant donné l’imperméabilisation partielle du site. Toutefois, les impacts sur la masse d’eau souterraine sont limités au regard de la faible ampleur du projet.

3- Recommandations

Au regard de la situation actuelle et des impacts du projet sur celle-ci, l’auteur de l’Etude d’Incidences sur l’Environnement propose des mesures et recommandations :

  • Respecter la consigne anti-gel pour les fondations des constructions (80 cms sous la surface) sans pour autant remettre en cause les prescriptions de la SPAQUE et du Périmètre de Remembrement Urbain de générer des mouvements de terres à plus d’1m de profondeur, tant en phase chantier qu’en phase de fonctionnement.

 

  • Pour les mêmes raisons, interdire l’implantation de cuves de récupération d’eau enterrées.

 

  • Utiliser des revêtements au minimum semi-perméables pour les stationnements et le cheminement cyclo-piétons et perméables pour la liaison piétonne.

 

  • Utiliser une partie des terres à évacuer pour générer le substrat nécessaire à l’implantation de surfaces de potagers communs. Les terres utilisées pour le remblai après assainissement sont saines.

 

  • La faible capacité d’infiltration du sol engendre la nécessité de renvoyer les eaux vers l’égouttage existant. Elles devront toutefois transiter par des ouvrages de rétention tout en veillant à limiter les mouvements de terres susceptibles de remettre en cause les prescriptions du Périmètre de Remembrement Urbain.

 

  • Mettre en œuvre une fondation drainante pour la nouvelle voirie.

Le mot de Thomas & Piron Bâtiment

Le projet étant soumis à la législation en vigueur que ce soit au niveau environnemental (gestion des sols pollués, …) ou relative à la gestion des eaux, les options techniques retenues seront conformes à l’ensemble de ces prescriptions légales.

Le terrain a fait l’objet d’un assainissement par la SPAQUE permettant la réalisation d’un projet résidentiel excluant tous risques pour la santé humaine pour les futurs résidents et les riverains du quartier. Le projet (en phase chantier mais également en phase de construction) tiendra compte du fait que le remaniement des terres doit être évité autant que possible.